• C'est Raymond, un paysan, qui va au cimetière sur la tombe de sa femme, le jour de la Toussaint. Il est très triste et s'adresse à elle :

    - "Oh Lucette, si tu savais comme tu me manques" pleurniche-t-il.

    Sans toi, je ne suis rien, je n'ai plus goût à rien, je m'occupe à peine des bêtes, je n'ai plus d'appétit, je ne vais même plus au bistrot....

    Si seulement je pouvais te retrouver, si seulement tu pouvais revenir avec moi, je serai tellement heureux...

    A ce moment un léger tremblement de terre secoue le sol et relève de quelques centimètres la dalle funéraire.

    Blême, Raymond s'écrie :

    Cliquez pour lire la chute

    - “Lucette ! Arrête tes conneries, je disais ça pour rire…

     

     


    5 commentaires
  • Bonjour à tous,

    En ces moments difficiles, j'ai une pensée pour tous ceux qui sont confinés chez eux, pour les personnes seules.

    Bien sûr je pense au personnel médical mais je dis que les applaudissements ne sont que peu de choses, ils méritent un meilleur salaire, plus de reconnaissance et de respect et qu'on leur donne ce qu'ils demandent depuis si longtemps.

    Bon courage à tous ceux qui doivent travailler sans beaucoup de protection voire aucune.

    J'aurai beaucoup de choses à dire, tellement j'ai ce sentiment de colère en moi... Mais nous sommes peu de choses ici bas.

    Alors prenez bien soin de vous tous. Et soyez patients.

    Gros Bisous virtuels (ceux-la sont sans danger).

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  • Cliquez sur le petit papillon à gauche :


    2 commentaires
  • Réalisé avec Photofiltre studio, Inspiré d'un tutoriel de maryse31 :

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle.

    Le tutoriel original se trouve : ici.

    Les différents tubes proviennent soit du net et sont sans signature, soit ont été offerts par Maryse31, ou proviennent de : picsfordesign

    Pin It

    1 commentaire
  • Dans un petit village, deux gendarmes appellent leur QG

    - "Chef, il s'agit d'une femme qui a tiré sur son mari avec

    un fusil parcequ'il marchait sur le carrelage qu'elle venait de laver."

     

    - "Avez-vous arrêté la femme ?" Demande leur chef

    Et l'un des brigadiers de répondre :

    Cliquez pour lire la chute

    - « Ben, non chef le carrelage n’est pas encore sec ! »

     


    6 commentaires